Ce site Web utilise des cookies. Si vous continuez à utiliser le site Web, nous supposerons que vous y consentez. Ok
Andre Renfer.PNG

Avec l'ouverture de sa plateforme bancaire globale et la mise en place de son écosystème primé, Finstar est parfaitement préparé pour les défis de la décennie à venir. Les bases de cet avenir solide ont été jetées très tôt et ont été constamment poursuivies à tous les niveaux.

Pour André Renfer, les années 2010 ont été celles de l'ouverture et du réalignement avec une unité dédiée à Finstar et aux services connexes. Pour le membre du directoire de l'Hypothekarbank Lenzburg, le meilleur positionnement et la visibilité accrue de la plateforme bancaire globale Finstar en tant que produit indépendant apportent des avantages significatifs, par exemple en termes de communication avec le marché. Ce dernier perçoit que Finstar n'est pas identique à la banque. Néanmoins, l'affiliation avec l'Hypothekarbank Lenzburg continue de jouer un rôle très important.

"Nous avons maîtrisé la technologie et le secteur bancaire"

Selon M. Renfer, l'ouverture technique sous les mots-clés Finstar Open Banking et Finstar Ecosystem s'est accompagnée d'une ouverture mentale : de nouvelles personnes apportent leurs idées et augmentent la dynamique de la conception à la mise en œuvre. Actuellement, l'équipe Finstar est composée d'une cinquantaine d'experts. Le fait que Finstar ait emménagé dans ses propres locaux souligne l'importance de la région pour l'Hypothekarbank Lenzburg. La technologie et les banques peuvent faire beaucoup de choses. Mais la maîtrise des deux est un argument de vente unique, qui fait de Finstar et du "Hypi" de Lenzburg des personnages uniques, selon Renfer.

Monsieur Renfer, si vous regardez le rapport annuel de l'Hypothekarbank Lenzburg pour 2019, Finstar devient également de plus en plus important en termes de résultats commerciaux. Cette impression est-elle trompeuse ?

Non. Finstar est devenu une partie substantielle du compte de résultat. L'objectif est de générer des revenus constants en vendant des services. Cette décision a été prise en 2000, lorsque nous avons commencé à placer la solution sur une nouvelle base technologique afin de maintenir l'indépendance technique de l'Hypothekarbank Lenzburg. Du point de vue actuel, c'était une étape sage et heureuse : nous savons d'où proviendront une partie de nos revenus futurs.

En dehors des aspects financiers : Comment résumer l'exercice financier écoulé ?

2019 a été une année de nouveaux départs, de changements et de dynamisme, en particulier en ce qui concerne les entreprises Fintech - de nombreux dominos différents se sont réunis. L'année 2020 réserve également des projets intéressants : Après une nouvelle décennie, le prochain changement technologique se profile à l'horizon. Le cloud computing et la chaîne de blocs, la stratégie de services et un grand écosystème offrent de nombreuses nouvelles possibilités, mais soulèvent également des questions sur l'architecture future. Ce faisant, nous devons prendre en considération non seulement les aspects technologiques, mais aussi les aspects réglementaires et bancaires. En plus de notre licence bancaire, notre réputation et notre atout le plus important, la confiance de nos clients, dépendent de nos décisions.

"Celui qui contrôle les données contrôle la banque"

Pouvez-vous être un peu plus précis sur l'écosystème Finstar ?

Nous recevons beaucoup plus de demandes de la part d'entreprises et de banques de Fintech sur le thème de l'ouverture bancaire que nous ne pouvons en traiter actuellement. Cela montre combien d'idées existent, reflète la taille du marché, mais aussi que nos ressources sont limitées. Nous devons pouvoir donner à plus d'idées une chance d'arriver et de repartir plus rapidement et de manière plus standardisée. Avec l'aide de la plateforme Finstar, les entreprises Fintech doivent pouvoir démarrer leur activité au plus tard dans les six mois. Nous avons l'intégration technique sous contrôle et nous devons travailler sur l'ouverture mentale : Notre travail consiste à faciliter l'innovation. Nous devons laisser les partenaires faire plus et prescrire moins, sans négliger les questions centrales telles que la sécurité et les conditions-cadres juridiques.

Est-il important que l'Hypothekarbank Lenzburg dispose de son propre logiciel ?

Elle est existentielle : au final, les banques ne sont rien d'autre que des données. Ceux qui maîtrisent l'informatique contrôlent les données et donc la banque. Dans le même temps, nous éliminons la dépendance vis-à-vis des fournisseurs de logiciels externes. Sans sa propre plateforme, l'Hypothekarbank Lenzburg serait une banque régionale comme toutes les autres, serait moins connue et moins numérique et innovante.

Quels sont les objectifs des nouvelles banques Finstar ?

Comme mentionné, Finstar garantit non seulement le fonctionnement efficace de la banque, mais, en tant que source de revenus supplémentaire, il offre également flexibilité et liberté. Pour consolider encore cette position forte, nous nous sommes fixé pour objectif d'acquérir au moins deux nouveaux partenaires par an pour notre plate-forme bancaire globale ou pour des éléments bancaires individuels.

Dès qu'une banque suisse réfléchit stratégiquement à son avenir et aux compétences qui seront pertinentes, elle s'y arrête tôt ou tard. Il est maintenant bien connu dans l'industrie que nous, à l'Hypothekarbank Lenzburg, utilisons Finstar pour mettre en œuvre de bonnes solutions, ouvertes, flexibles et innovantes.

Différenciation dans les contacts avec les clients

L'intégration efficace des clients et des offres de Fintech n'est qu'un des avantages de l'écosystème en fonctionnement. Cependant, on oublie souvent que les participants ont la possibilité de travailler ensemble : Grâce à l'ouverture et à la flexibilité, chacun peut coopérer avec les autres et ne plus tout faire seul. La différenciation se fait au niveau des interfaces numériques et analogiques entre la banque et le client. La combinaison de services sélectionnés auprès de différents fournisseurs permet d'assurer un développement spécifique à la banque, une mise à jour continue de la plateforme et rend les migrations coûteuses inutiles.

Le néon n'est qu'un exemple de cette flexibilité : la société Fintech s'est d'abord intéressée au paquet bancaire. Au cours des discussions, il est toutefois apparu clairement que la banque en tant que service serait plus appropriée, du moins au début. Grâce aux interfaces ouvertes, le nouveau concept a été mis en œuvre de manière efficace en termes de temps et de coûts.

Innover et optimiser

Selon M. Renfer, les défis de la coopération avec les entreprises Fintech se situent moins dans le domaine technique que dans le domaine réglementaire et dans la coordination des processus. En outre, les entreprises Fintech sont plus rapides et plus simples pour diverses raisons. Ils exercent ainsi une pression supplémentaire sur l'organisation interne pour qu'elle innove, optimise et travaille de manière cohérente sur l'avenir du logiciel bancaire Finstar. Il devient plus modulaire et flexible, encore plus efficace et peut être configuré du système global jusqu'aux produits et services individuels de manière spécifique à chaque banque. Le cloud computing et les chaînes de blocs, les stratégies de services et les écosystèmes rendent ces développements possibles en premier lieu, tout en imposant de nouvelles exigences aux banques et aux éditeurs de logiciels. Ceux qui ont une vision claire et une stratégie rigoureuse sont préparés à la banque de l'avenir. Le fait d'être à la fois une banque et une entreprise de logiciels sera un avantage décisif pour la nouvelle décennie.

Vous souhaitez en savoir plus sur le logiciel bancaire de base et sur Finstar ou vous êtes intéressé par un partenariat ? Contactez-nous, nous attendons avec impatience de recevoir votre courriel.